Face à la menace terroriste, Total réduit ses effectifs sur le projet Mozambique LNG

portaileco
Partagez l'info économique!!

En Mozambique, les nouvelles ne sont pas bonnes pour le géant français du pétrole et du gaz. Les attaques des terroristes du groupe Etat Islamique se rapprochent de plus en plus. Et face à cette menace, le groupe français a décidé de réduire ses effectifs sur le site d’hébergement du projet gazier Mozambique LNG.

Débuté depuis son annonce le 3 janvier, le processus d’évacuation du personnel se poursuit. A ce jour, les compagnies aériennes sont mobilisées pour l’évacuation du personnel expatrié. Les travailleurs locaux sont quant à eux relocalisés sur un autre site dans la capitale Maputo.

« Le projet de GNL (gaz naturel liquéfié, ndlr) au Mozambique conduit par Total a réduit temporairement ses effectifs sur place en réponse à la situation actuelle, notamment les défis persistants associés au Covid-19 et la situation sécuritaire dans le nord de Cabo Delgado », expliquait un responsable de Total à l’AFP, sans préciser le nombre d’employés évacués (des propos rapportés par énergies-média.com). Mais en décembre, le site comptait 3 000 personnes travaillant sur le projet.

Toutes ces mesures visent à réduire le risque et limiter les dégâts en cas d’attaque des djihadistes sur le site. Car, si pour le moment le site n’a pas encore subi d’attaques, les terroristes ont déjà pu atteindre le village de Quitupo, à proximité de la zone qui héberge le personnel et certains équipements avant d’être repoussés par l’armée régulière.

Ce projet est le « premier développement à terre d’une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le pays, le projet Mozambique LNG s’intègre pleinement à notre stratégie et au renforcement de nos positions dans le GNL. En sa qualité d’opérateur, Total y déploie actuellement le meilleur de ses capacités humaines, techniques et financières pour mettre en œuvre ce projet, dans l’intérêt de tous les acteurs, et ainsi contribuer au développement économique du Mozambique », indique le groupe français Total.

Par Eddy Kazadi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Assemblée nationale : l’organisation de la session extraordinaire requiert 12 millions USD

Partagez l'info économique!! Une somme estimée à plus 24 milliards de francs congolais soit l’équivalant de 12 millions de dollars américains a été demandée par le bureau d’âges de l’Assemblée nationale afin d’assurer la tenue pour une durée d’un mois de la session extraordinaire. Ces informations ressortent d’un communiqué datant […]