La BAD encourage les investisseurs japonais à solliciter plus de partenaires d’investissements en Afrique

portaileco
Partagez l'info économique!!

La Banque Africaine de Développement encourage les investisseurs japonais à solliciter davantage de partenaires d’investissements sur le continent africain. La banque du développement a lancé cet appel à collaborer avec les partenaires africains aux investisseurs japonais au cours d’un webinaire organisé en fin du mois de septembre.

Au cours de cette discussion virtuelle mise sur pied par le bureau de représentation extérieure de la banque en Asie et son département du cofinancement, de la syndication et des solutions clients, les investisseurs japonais ont bénéficié d’une panoplie d’informations sur comment faire des affaires en Afrique. Près de 250 personnes ont pris part à ce webinaire dont la majorité était des japonais.

«Le défi de l’Afrique aujourd’hui est d’attirer davantage d’investisseurs privés qui peuvent unir leurs forces avec des partenaires locaux afin de créer une valeur ajoutée et ainsi initier une croissance inclusive et durable. Dans ce contexte, l’Afrique a besoin de beaucoup plus d’investissements de la part du Japon. La banque africaine de développement est prête à soutenir cela », a déclaré Samuel Higenyi Mugoya, directeur de la banque, syndications, cofinancement et solutions clients.

Pour convaincre le secteur privé japonais d’investir sur le continent, Samuel Higenyi Mugoya a notamment évoqué le succès dans les récentes collaborations entre son institution et l’agence japonaise de coopération internationale dans le cadre de l’initiative de renforcement de l’assistance au secteur privé.

Les équipes de la banque africaine de développement ont présenté les opportunités d’investissements et les actions menées avec succès dans les secteurs de l’énergie et des énergies renouvelables. En sus, la BAD a fait part à ses hôtes des produits financiers qu’elle propose aux investissements du secteur privé.

Le sous-gouverneur de la banque japonaise pour la coopération internationale déclare que son pays pourrait soutenir le secteur privé japonais en Afrique, tout en se remémorant l’important rôle joué par la banque africaine de développement lors des négociations sur le projet de GNL au Mozambique.

Le DGA du bureau international du ministère japonais des finances Atsushi Mimura compte renforcer la relation des institutions de financement de son pays et la banque africaine de développement dans les opérations de cofinancement. Il estime que l’Afrique post Covid a un fort potentiel de croissance.

« La banque japonaise pour la coopération internationale et l’agence japonaise de coopération internationale se sont engagées à renforcer leurs relations avec la banque par le biais d’opérations de cofinancement. Une forte demande d’investissement est attendue pour les infrastructures, y compris le secteur de la santé, et l’Afrique a un potentiel de croissance élevé dans la phase post-Covid-19 », a-t-il déclaré.

Nobumitsu Hayashi a exhorté ses compatriotes à investir de manière proactive sur le continent africain qui présente plusieurs opportunités.

Par Eddy Kazadi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Kinshasa : une brigade anti-fraude fiscale en vue pour stopper le coulage des recettes

Partagez l'info économique!! Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila a annoncé la mise en place d’une brigade anti-fraude fiscale rattachée directement à son cabinet pour traquer les pilleurs de l’argent de la ville, qui s’organisent pour  mettre les fonds de Kinshasa sur leurs  propres comptes. Il a […]