La Banque africaine de développement réduit la pauvreté après une décennie d’actions transformatrices

portaileco
Partagez l'info économique!!

Au cours des cinq dernières décennies, le Groupe de la Banque africaine de développement a été à l’avant-garde de la transformation économique de l’Afrique, tirant parti de ses diverses ressources et de son savoir-faire unique en tant qu’institution autochtone de financement du développement.

La Banque a atteint ses objectifs de réduction de la pauvreté et de promotion d’une croissance inclusive sur le continent. Nous avons intensifié l’aide au développement pour nos 54 pays membres régionaux et enregistré des succès remarquables ces dernières années dans notre effort renouvelé pour aider à apporter un impact qui change la vie sur les moyens de subsistance.

Dans l’ensemble, les investissements de la Banque ont profité à des millions d’Africains grâce à sa stratégie décennale qu’elle a commencé à mettre en œuvre à partir de 2013. Voici les faits saillants des réalisations de la Banque:

Augmentation générale du capital historique: lors d’une assemblée générale extraordinaire des actionnaires en octobre 2019 à Abidjan, les gouverneurs de la Banque africaine de développement, représentant des actionnaires de 80 pays, ont approuvé une augmentation historique de 115 milliards de dollars du capital de la principale institution financière du continent.

Cette augmentation, la plus importante de l’histoire de la Banque depuis sa création en 1964, a plus que doublé son capital de 93 milliards de dollars à 208 milliards de dollars. Cela renforce le leadership de la Banque dans le financement du développement pour le continent.

Réapprovisionnement du Fonds africain de développement (FAD15) réussi: en décembre 2019, les donateurs ont annoncé un montant remarquable de 7,6 milliards de dollars pour reconstituer le Fonds africain de développement. La reconstitution a représenté une augmentation de 35% du financement des pays africains à faible revenu à la fin de la quinzième reconstitution du Fonds africain de développement, la fenêtre concessionnaire du Groupe de la Banque. Le FAD contribue à la réduction de la pauvreté et au développement économique et social dans les 38 pays africains les moins avancés en fournissant un financement concessionnaire pour des projets et programmes, ainsi qu’une assistance technique pour des études et des activités de renforcement des capacités.

Mobilisation de ressources pour les entreprises appartenant à des femmes au sommet du G7: lors du sommet du G7 des dirigeants mondiaux à Biarritz, en France, en août 2019, le président du Groupe de la Banque, Akinwumi Adesina, a lancé avec succès une campagne mondiale de l’Affirmative Finance Action for Women in L’Afrique (AFAWA) mobilisera 3 milliards de dollars pour les femmes entrepreneurs en Afrique, avec le soutien et les ressources solides des dirigeants et des pays du G7.

Lors du sommet, le président français Emmanuel Macron a annoncé la contribution de la France de 135 millions de dollars à l’initiative AFAWA pour encourager l’accès des femmes au financement en Afrique. Ce montant représente plus de la moitié du soutien financier de 251 millions de dollars promis par les gouvernements du G7.

En outre, la Banque a co-accueilli des délégations du monde entier pour le premier Sommet mondial sur le genre tenu en Afrique, à Kigali, au Rwanda. La réunion, à laquelle ont assisté les présidents de l’Éthiopie – Sahle-Work Zewde, et du Rwanda, Paul Kagame – a fait avancer l’aiguille sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes en Afrique et dans le monde. Plusieurs accords ont été signés pour faciliter le financement de projets pour les femmes entrepreneurs en Afrique.

Africa Investment Forum (AIF) 2019: à la suite d’un événement inaugural très réussi, la Banque a obtenu plus de 40 milliards de dollars d’intérêts d’investissement en moins de 72 heures lors de la deuxième édition de l’Africa Investment Forum qui s’est tenue à Johannesburg, en Afrique du Sud. Le Forum, le plus grand marché africain pour mobiliser des capitaux, a présenté 56 accords de conseil d’administration évalués à 67,6 milliards de dollars, soit une augmentation de 44% par rapport aux débuts de 2018.

Institution transparente: la Banque se classe au 4e rang mondial en matière de transparence parmi 45 institutions multilatérales et bilatérales grâce à Publish What You Fund, une structure composée de 19 économies développées. En outre, toutes les principales agences de notation Moody’s, Standard & Poor’s, Fitch et la Japanese Credit Rating Agency lui ont attribué une note triple A. Les perspectives de toutes les notations sont stables et reflètent le solide soutien de la Banque à ses membres, sa suffisance du capital, son statut de créancier privilégié et sa situation financière solide.

La Banque a également enregistré quelques premières.

Room2Run: en 2018, la Banque a lancé Room2Run, une titrisation synthétique pionnière d’un milliard de dollars d’un portefeuille de ses prêts au secteur privé, qui servira de modèle à d’autres banques multilatérales de développement et investisseurs alors qu’elles cherchent de nouvelles façons de débloquer des financements indispensables pour catalyser le secteur privé. dans les marchés en développement.

COVID-19 Social Bond: en mars 2020, la Banque a levé un montant exceptionnel de 3 milliards de dollars sur trois ans pour aider à atténuer l’impact économique et social de la pandémie de Covid-19 sur les moyens de subsistance et les économies africaines. Le lien social Fight Covid-19 a suscité l’intérêt des banques centrales et des institutions officielles, des trésoreries bancaires et des gestionnaires d’actifs, y compris des investisseurs socialement responsables, avec des offres dépassant 4,6 milliards de dollars. Il s’agissait de la plus grande obligation sociale libellée en dollars jamais lancée sur les marchés financiers internationaux et de la plus grande référence en dollars américains jamais émise par la Banque. Il paiera un taux d’intérêt de 0,75%.

Cotation LSE des obligations sociales: la Banque a célébré une autre étape importante avec l’inscription de son obligation sociale Fight Covid-19 à la Bourse de Londres le 3 avril. L’obligation est désormais disponible sur son marché obligataire durable.

L’innovation TAAT stimule l’agriculture: le programme Technologies de la Banque pour la transformation de l’agriculture africaine (TAAT) de la Banque mène la charge en aidant à transformer les cultures de base locales à travers le continent, y compris le maïs, le riz, le blé, le manioc, les haricots riches en fer, le sorgho, le mil, l’orange -des patates douces en chair ainsi que du bétail et du poisson.

TAAT vise à augmenter la production alimentaire en Afrique de 100 millions de tonnes et à sortir 40 millions de personnes de la pauvreté d’ici 2025 en exploitant des technologies éprouvées à fort impact pour augmenter la productivité, atténuer les risques et promouvoir la diversification et la transformation.

Par la BAD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

FEC : 81 % des entreprises ont besoin d’une exonération fiscale pour se relancer après la covid-19

Partagez l'info économique!!Par Eddy Kazadi Les entreprises membres de la Fédération des entreprises du Congo demandent, à 81%, l’allégement de la fiscalité en leur faveur pour faciliter la relance de leurs activités et amortir les effets dévastateurs de la pandémie du coronavirus. C’est ce que relève une enquête de la […]