Les «High 5»: une vision stratégique et des résultats qui transforment l’Afrique

portaileco
Partagez l'info économique!!

Au cours des dix dernières années, l’Afrique a enregistré certains des taux de croissance économique les plus élevés du monde. Dans le même temps, de nombreuses économies africaines continuent de fonctionner bien en deçà de leur plein potentiel. Une transformation structurelle est nécessaire pour créer plus d’emplois, réduire la pauvreté et atteindre les objectifs de développement durable.

Les cinq domaines prioritaires de la Banque africaine de développement sont destinés à soutenir la réalisation des ODD par les pays africains. Ce sont: Nourrir l’Afrique; Illuminez l’Afrique; Industrialiser l’Afrique; Intégrer l’Afrique; et améliorer la qualité de vie des Africains.

Atta Abdul, Fatima-Zahra, Shuaibu et Daniel sont les visages d’un continent qui se transforme. En misant sur la jeunesse africaine, la Banque mise sur l’avenir pour faire du continent une terre de progrès, de prospérité et d’espoir.

Nourrir l’Afrique

Depuis 2015, 74 millions d’Africains ont bénéficié de technologies agricoles améliorées grâce aux efforts de la Banque pour soutenir une sécurité alimentaire accrue sur le continent.

Dans l’ouest de la Mauritanie, par exemple, le projet d’amélioration des infrastructures d’irrigation de Brakna-Ouest, soutenu par la Banque à hauteur de 12 millions de dollars, a permis à 1 500 familles d’agriculteurs et d’éleveurs de reprendre la culture de leurs champs.

«Nous venons d’une famille d’agriculteurs et d’éleveurs et nous avons grandi dans cet environnement. Notre récolte a été très mauvaise. Nous voulions déménager ailleurs », explique Atta Abdul Seck, bénéficiaire d’un projet à Louboudou dans l’ouest de la Mauritanie. «En tant que fils d’agriculteur, ce que j’ai aimé le plus à mon retour, c’était de pouvoir continuer à cultiver. L’agriculture est dans mon sang », dit-il fièrement.

Illuminez l’Afrique

Sans électricité, l’agriculture ne peut pas relever efficacement le défi croissant de la sécurité alimentaire en Afrique. La Banque a fait des investissements dans l’énergie une priorité. Depuis 2016, il a mobilisé 12 milliards de dollars pour sa priorité stratégique «Light Up Africa». Grâce à cet investissement, 13,4 millions de personnes ont eu accès à l’électricité.

Le Maroc a réalisé des progrès importants dans l’élargissement de l’accès à l’électricité. Au cours des vingt dernières années, le système électrique s’est étendu pour couvrir presque tout le pays. Le programme national d’électrification rurale, soutenu par la Banque à hauteur de 155 millions d’euros, a connecté près de 12,8 millions de Marocains au réseau électrique national.

A Dar El Aïn, un village à vingt kilomètres de Marrakech, l’arrivée de l’électricité a ouvert de nouvelles portes aux femmes de la coopérative «Al Amal». Ils utilisent l’électricité pour transformer leur blé en couscous ou créer d’autres produits à base d’orge ou de blé. «La coopérative transforme les cultures locales en produits à valeur ajoutée. Maintenant, avec l’électricité, les femmes sont beaucoup plus efficaces et leurs produits sont de meilleure qualité. Cela crée de l’espoir », explique Fatima-Zahra, un membre de trente ans.

Industrialiser l’Afrique

Dans le cadre de la priorité «Industrialiser l’Afrique» de la Banque, 9 millions de personnes ont eu accès à des financements privés. Au Nigéria, par exemple, où plus de 70% de la population dépend de l’agriculture, les récoltes fluctuantes ont des répercussions importantes sur les rendements, les revenus et la sécurité alimentaire.

Une solution est l’engrais, en particulier s’il est produit localement. La Banque a fourni 100 millions de dollars pour soutenir la construction d’une usine d’engrais moderne à Port Harcourt.

Shuaibu Yusuf, un agriculteur d’une trentaine d’années qui habite près de Port Harcourt, a vécu l’impact de ce projet dans sa vie quotidienne. «Quand j’ai utilisé cet engrais, j’ai vu la différence. Ma récolte a augmenté de plus de 40%. Je peux me nourrir, payer les études de mes enfants et même leurs frais médicaux », dit-il. «Je vais encourager mes enfants, mes voisins et les membres de ma communauté à accroître leurs activités agricoles afin que nous puissions tous progresser ensemble», poursuit Shuaibu.

Intégrer l’Afrique

Pour tirer davantage profit de l’industrialisation, l’Afrique doit devenir mieux intégrée en termes de commerce et de marchés. Grâce à l’intégration, les pays africains peuvent accéder à des marchés plus vastes et ainsi augmenter les revenus de millions de résidents grâce à de nouvelles opportunités.

Depuis 2015, 69 millions de personnes ont bénéficié du soutien de la Banque à de nouvelles infrastructures de transport qui ont avancé l’intégration. Les lacunes dans les principaux couloirs de transport ont été comblées, les liens entre les pays ont été renforcés et le commerce intra-africain a été revitalisé.

Un bon exemple de ceci est le corridor Nairobi-Addis-Abeba, qui a reçu 670 millions de dollars de financement de la Banque et qui a renforcé le potentiel de croissance du commerce et de l’emploi en Éthiopie et au Kenya.

Daniel Yatta, un chauffeur de camion kenyan de quarante ans, transporte des marchandises entre Nairobi et Addis-Abeba depuis 15 ans et a vu l’impact de la nouvelle route sur son entreprise. «À l’époque, il fallait plus de deux semaines pour conduire entre Addis et Nairobi», dit-il. La nouvelle route lui a beaucoup facilité la vie. «Avec la nouvelle route, le voyage ne prend que quelques jours. Avec 30 tonnes de fret, il ne faut que 24 heures pour se rendre à Addis! » il continue.

Améliorer la qualité de vie des Africains

Une partie importante de l’amélioration des conditions de vie consiste à fournir un meilleur accès aux services essentiels tels que la santé, l’eau et l’assainissement. Depuis 2015, les projets soutenus par la Banque ont permis à 43 millions de personnes d’avoir accès à l’eau et à l’assainissement.

Par la BAD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

La Banque africaine de développement réduit la pauvreté après une décennie d'actions transformatrices

Partagez l'info économique!!Au cours des cinq dernières décennies, le Groupe de la Banque africaine de développement a été à l’avant-garde de la transformation économique de l’Afrique, tirant parti de ses diverses ressources et de son savoir-faire unique en tant qu’institution autochtone de financement du développement. La Banque a atteint ses […]