Netflix ne veut (toujours) pas de publicités sur sa plate-forme

portaileco
Partagez l'info économique!!

Le PDG de Netflix a réitéré sa volonté de préserver le célèbre service de vidéo de l’intrusion de la publicité. Autant pour des considérations financières que d’image.

Si certains investisseurs souhaiteraient que Netflix affiche des publicités, le PDG de l’entreprise, Reed Hastings, a réaffirmé son opposition à ce projet lors d’un point téléphonique trimestriel avec des investisseurs.
Ce n’est pas la première fois que Reed Hastings repousse les propositions de certains de ses investisseurs. Au second trimestre 2019, il avait déjà expliqué que l’absence de publicité faisait « partie de la proposition globale de la marque ».

La pub, un marché difficile… et « sale »

Si les investisseurs veulent de la pub, c’est pour que Netflix puisse proposer une formule moins onéreuse afin de toucher encore plus de consommateurs. Mais selon l’analyse de Reed Hastings, l’approche a deux inconvénients majeurs. « Il n’y a pas d’argent facile (dans la pub, ndlr). […] Google, Facebook et Amazon sont incroyablement puissants dans la publicité en ligne parce qu’ils compilent énormément de données de nombreuses sources. Cela a un coût, mais c’est ce qui fait que leurs annonces sont mieux ciblées et efficaces. », a expliqué le PDG, ajoutant que pour progresser dans le marché de la pub, il faut « voler » du business à ces entreprises ce qui est « très difficile ».

L’autre raison de la position de Reed Hastings sur la publicité est la collecte de données. Si Netflix compile des informations sur ce que ses clients regardent, où, combien de temps, etc. l’entreprise n’a pas à s’aventurer plus loin, évitant ainsi les nombreuses controverses que doivent essuyer les géants de la publicité, condamnés à avaler de plus en plus de données personnelles. « Nous sommes juste concentrés sur ce qui rend nos membres heureux », a justifié Reed Hastings.

Cette conversation entre le PDG et ses investisseurs a eu lieu dans le contexte du lancement récent d’Apple+ et de Disney+ (bientôt en France) et des lancements prochains de services comme Quibi, HBO Max (WarnerMedia) et Peacock (NBCU). Des concurrents qui vont avoir à cœur de s’en prendre au leader du marché de la SVOD.

Traduit de TechCrunch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Félix Tshisekedi veut capitaliser les contacts pris avec les potentiels investisseurs lors du sommet UK-Afrique

Partagez l'info économique!!Le président de la République Démocratique du Congo Félix Tshisekedi veut capitaliser les contacts pris à Londres avec de potentiels investisseurs, lors du sommet Royaume-Uni Afrique sur l’investissement. Au cours de ce sommet, le cinquième président de la RDC a eu plusieurs contacts avec de nombreux représentants d’entreprises, […]