Nigeria Mining Week : le secteur minier nigérian a besoin de la reconnaissance de sa progression

portaileco
Partagez l'info économique!!

« Ce dont le Nigéria a besoin, c’est que la communauté minière internationale commence à reconnaître ces étapes importantes. Le Nigéria a ouvert une nouvelle étape dans l’exploitation minière en s’adaptant à une bonne politique budgétaire et en disposant d’un gouvernement stable », a déclaré d’Emma Priestley, PDG de Goldstone Resources et modératrice de la table ronde des investisseurs de Londres, dans le cadre des assises de Nigeria Mining Week.

Selon elle, plusieurs aspects du progrès du secteur minier nigérian demeurent inconnus du marché international.

« Avec Thor Explorations obtenant tous ses permis et le financement pour développer leur gisement Segilola en mine. C’est la première mine depuis les années 1930 au Nigéria et c’est dans les années 1930 que le Nigéria était un pays minier très influent avec des exportations d’or et d’étain. Et une grande partie du monde ne s’en rend pas compte ».

A(RE)lire également : Nigeria Mining Week : le plus grand événement minier du Nigéria ouvre ses portes virtuelles

L’autre aspect est la bonne politique d’investissement de ce pays d’Afrique de l’Ouest qui dénote également une stabilité au sein de ses institutions par rapport à beaucoup de pays africains.

A(RE)lire également : Nigeria Mining Week : pour garantir l’avenir des mines, il faut aussi impliquer les femmes

«Le Nigéria a une politique d’investissement étranger de soutien avec une participation à 100% et une politique visant à réduire l’importation des minéraux pour devenir autosuffisant, l’industrie de la barytine et de l’acier devenant la plus importante ».

Par Eddy Kazadi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

La FAO a besoin de 155 millions USD pour lutter contre l’insécurité alimentaire en RDC

Partagez l'info économique!! L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a besoin de 155 millions de dollars américains pour combattre l’insécurité alimentaire aiguë sévère en République Démocratique du Congo. C’est ce qu’a indiqué le représentant de la FAO en RDC, Aristide Ongone Obame au cours d’une conférence de […]