RAM : la tache noire sur la chemise blanche du gouvernement Lukonde

Partagez l'info économique!!

Vraisemblablement le ministre des Postes Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC) n’est pas prêt à intégrer la notion du  « peuple d’abord » dans ses actions. Pire, il est de plus en plus despotique. En effet, depuis le 26 avril dernier, tous les consommateurs des services de téléphonie mobile voient leurs numéros bloqués s’ils n’ont pas encore payé la totalité des frais exigés par la taxe sur le RAM.

Stupéfaits, et souvent, ne sachant pas ce que veut dire RAM, plusieurs congolais se sont vus dans l’incapacité de passer un appel téléphonique ou de recharger un forfait auprès d’un revendeur et même à partir de leur compte mobile money. Pourtant, empêcher le consommateur de jouir pleinement de son portefeuille électronique est une entorse à la décision n°049 du 31 décembre 2020 du Collège de l’Autorité de la Poste et des Télécommunications du Congo qui circonscrit les dispositions de facturation des droits d’enregistrement IMEI. En vrai, le régulateur qui agit par l’entremise des opérateurs des télécommunications ne peut disposer que des unités disponibles dans le compte principal de l’abonné.

Reconduit grâce aux manœuvres et accords politiques, Augustin Kibassa se moque du tollé qui a suivi le passage en catimini de la loi portant taxation sur les appareils mobiles. Certainement gonflé par sa reconduction au gouvernement de l’union sacrée, le ministre Kibassa, à travers sa structure de main l’ARPTC, a fait du secteur des télécommunications une organisation militaire du moins sur cette question de RAM. Il est tout simplement la tache noire sur la chemise blanche du gouvernement de l’union sacrée dirigé par le premier ministre Michel Sama Lukonde.

 L’instauration du RAM est une mesure à la fois impopulaire et inopportune, rançonneuse et insociable. Plus de 80 pourcents d’utilisateurs des téléphones ne se sont pas inscrits au paiement de cette taxe soit par méconnaissance totale de ce service, ignorance due au manque criant de communication de la part du régulateur, soit par boycott. C’est ainsi que pour se venger, les porteurs de cette mesure sont passés au blocage en série des téléphones mobiles, la date butoir impartie pour le paiement progressif étant sa fin.  

Pour exprimer leur mécontentement et contrer cette dictature masquée, plusieurs organisations de la société civile, les organisations des consommateurs comprises, projettent une marche de contestation ce lundi 3 mai dans la ville de Kinshasa.   

Par la Rédaction

One thought on “RAM : la tache noire sur la chemise blanche du gouvernement Lukonde

  1. Merci pour l’info, néanmoins, Ils ont Mal procéder, moi quand je me connecte sur les réseaux, je paie ma propre connexion, si peut-être on se connectais gratuitement sur Les réseaux sociaux, on devrait payer cette taxe, Donc C TAXE ICIE NE MÉRITE PAS ICI AU CONGO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *