RDC : Jean Lucien Busa sensibilise les opérateurs économiques sur la mise en œuvre de la ZLECAF

portaileco
Partagez l'info économique!!

Le ministre du commerce extérieur, Jean Lucien Busa a pris part à une matinée d’information et de sensibilisation organisée jeudi 8 octobre par la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) en son siège national à Kinshasa. Cette matinée avait pour objectif d’échanger sur les questions liées à la mise en œuvre de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF) en République Démocratique du Congo.

Prenant la parole, le patron du commerce extérieur a remercié la FEC et a énuméré les différents points qui ont constitué le but de cette activité.

« je remercie la Fédération des Entreprises du Congo d’avoir notamment fait recours à mon autorité pour intervenir au cours de cette matinée d’information et de sensibilisation sur la mise en œuvre de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine… Ma présentation s’articulera autour de 7 points à savoir, aperçu historique sur la ZLECAF, objectifs de la ZLECAF, étapes à franchir au niveau national avant le début des échanges, enjeux de la ZLECAF pour la RDC, contraintes à la mise en œuvre de la ZLECAF , perspectives de la mise en œuvre de la ZLECAF en RDC et où en sommes-nous ? »

A la question des enjeux de la ZLECAF, Jean Lucien Busa indique que la ZLECAF ambitionne de faire de l’Afrique l’un des plus grands marchés communs du monde, avec comme objectifs la réduction des barrières douanières et la promotion des échanges intra-africains.

A l’en croire, les projections de la Commission Economique de l’Union Africaine y relatives, la mise en place de cette zone économique aura plusieurs effets positifs.

« La mise en œuvre de la ZLECAF aura entre autres pour effet : le développement des échanges commerciaux intra-africains, attendus à 52,3 % soit un total de 34,6 milliards USD, partant de 17% actuellement, pour un marché de plus de 1,2 milliards des consommateurs et de 2,5 milliards en 2050; la hausse des salaires réels des travailleurs non qualifiés, la transformation structurelle et industrielle de l’Afrique ainsi que la création des chaines de valeurs régionales et continentales, voire mondiales, la réduction considérable des barrières non tarifaires, résultant de la pluralité de CER et la facilitation des échanges qui découlent et qui consacrent l’élargissement des marchés pour le commerce des marchandises et des services, avec des externalités positives ».

Le ministre du Commerce extérieur Lucien Busa a saisi l’occasion pour inviter les opérateurs économiques à se préparer aux exigences et à la compétitivité de cette zone, et cela y compris l’amélioration de la connexion des marchés, tout en mettant un accent sur la protection des consommateurs nationaux et répondre ainsi au slogan du président de la république, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui dit : «Le peuple d’abord».

Par Gracia Bolengalio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

La mise en application de la loi sur la sous-traitance : les entreprises hôtelières et brassicoles sont prêtes à accompagner l’ARSP

Partagez l'info économique!! Le Directeur Général de l’Autorité de Régulation de la Sous-traitance dans le secteur Privé (ARSP), Ahmed Kalej Nkand s’est entretenu jeudi 8 octobre avec les représentants des entreprises hôtelières, les sociétés brassicoles ainsi que des restaurants. Ceci dans le cadre de la mise en application de la […]